jeu. Juil 18th, 2019

L’entrainement sportif, de quoi parle-t-on?

L’entraînement a pour objectif d’adapter progressivement l’organisme à des efforts plus importants.

Une adaptation de l’organisme

Une adaptation s’opère avec :

- Une augmentation de la masse musculaire.

- Une transformation de l'énergie chimique en énergie mécanique au niveau musculaire.

- Une adaptation du système respiratoire (amélioration du volume courant, anticipation respiratoire au début de l'exercice).

- Une adaptation du système cardio-vasculaire (fréquence cardiaque plus basse au repos et débit cardiaque amélioré).

- Une amélioration de l'habileté motrice (efficacité énergétique du geste).Il s'établit ainsi un équilibre à chaque sollicitation de l'organisme. L'augmentation de la charge d'entraînement modifie cet équilibre.

Un entraînement progressif

Pour augmenter la charge d’entraînement, on peut jouer sur deux facteurs, l’intensité et le volume. Pour une course à pied, par exemple, l’intensité correspondrait à la vitesse de course et le volume au nombre de kilomètres parcourus. En pratique l’intensité peut se mesurer indirectement par la fréquence cardiaque. On peut donc obtenir une même augmentation de la charge d’entraînement de deux façons différentes.Par ailleurs, la progressivité de la charge peut aussi être faite sur la fréquence des entraînements et la durée de la période d’entraînement.

Fréquence et régularité

Même si les fréquences d’entraînement peuvent différer entre le sportif amateur et de compétition, certains principes de bases sont communs, comme la régularité. S’entraîner «régulièrement» suggère à la plupart des activités sportives, un rythme de trois séances d’entraînements par période (par semaine par exemple), et le maintien de la fréquence d’entraînement.Si les entraînements sont trop espacés dans le temps (une ou deux séances par semaine), les performances stagnent. De même, un arrêt de l’entraînement provoque une disparition rapide des effets de celui-ci. Pour donner un exemple, un arrêt de deux semaines peut nécessiter quatre semaines à la reprise de l’activité pour retrouver le niveau initial. Un arrêt prolongé impose presque de repartir de zéro. A l’inverse, une fréquence trop importante peut conduire à une baisse des performances en raison de la négligence des périodes de récupération.

Programmation dans le temps

Un programme annuel d’entraînement peut être organisé en plusieurs «cycles», qui permettent progression et régularité. La progression en charge d’entraînement peut se faire à l’intérieur d’un cycle. Les cycles d’une semaine sont appelés micro-cycles et les cycles d’un mois comprenant quatre micro-cycles sont appelés macro-cycles. Par ailleurs, on peut également définir plusieurs périodes au cours de l’année, comme une période de récupération pendant l’hiver, une période de préparation générale, une période de préparation à la compétition et une période de compétition. Cette programmation peut bien évidemment varier en fonction du sport, du niveau de pratique, de la disponibilité, des capacités physiques.

Un entraînement adapté au niveau de compétition

Pour un sportif amateur, l’entraînement sera idéalement régulier et progressif. Pour un sportif de compétition, il devra tenir compte des dates et des objectifs, la programmation devant l’amener au summum de sa forme pour le jour J.

Source: www.e-sante.fr – Dr Renaud Guichard

Aller à la barre d’outils