jeu. Déc 13th, 2018

Le CSSD sur la trace des poilus

La 4ème édition de notre marche annuelle, se tenait cette année encore dans l’Oise, haut lieu de la première guerre mondiale, que nous tenions à commémorer en cette année du centenaire ;

Après un départ de Compiègne le premier jour, nous passions par les carrières de Montigny, visite oblige, à Machemont.

Ces carrières, essentiellement ouvertes aux XVIIIe et XIXe siècles pour l’extraction de la pierre de taille, sont immédiatement utilisées par les combattants des deux camps. Les unités aménagent à l’intérieur des cantonnements, des postes de commandement, des postes de secours, des cuisines ou encore des chapelles. Elles s’intègrent aux systèmes défensifs des armées par des tranchées, tandis que les Allemands en prolongent certaines par des tunnels.

Dès septembre 1914, après la fixation du front, les carrières de Montigny abritent des soldats français. De cette période subsiste des traces rupestres et des aménagements qui font du site un lieu de mémoire de la Première Guerre mondiale.

Puis, continuant notre parcours, passage devant la nécropole nationale de Cambronne-lès-Ribécourt, édifiée en 1950. Il y repose 2237 tombes mais seules 124 sont celles de combattants de la Grande Guerre.

Le second jour voyait un départ de Noyon, vers Compiègne, longeant partiellement le canal latéral à l’Oise, pour passer par la clairière de l’armistice, et les Beaux-monts, pour ceux qui en avaient encore sous la pédale …

Deux jours sous un temps idéal, et une prestation remarquée de restauration au site des carrières, organisée par l’association « La Machemontoise », vouée à restaurer et animer le patrimoine de la commune de Machemont, notamment des Carrières de Montigny, anciennes carrières de pierre et hameau troglodytique.

Enfin, merci à l’organisateur de ce week-end, Jean-Charles RAMU, ainsi que les chocolats Beussent-Lachelle, 41 Rue de Monelieu, 60190 Lachelle.

Aller à la barre d’outils